Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Planète Nano - Bienvenue dans un monde Nano, un ''NanoWorld''
  • : Planète Nano - l'actualité en français des nanotechnologies
  • Contact

Recherche

Texte Libre

 


Je ne veux pas croire.
Je veux savoir !

Carl Sagan
Exobiologiste (1934 - 1996)



 

 

Archives

2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 04:48

87496431.jpgtransparentLa science essaie de reproduire les sens humains afin de se doter de nouveaux outils de recherche et, in fine, fabriquer des robots capables de nous imiter au plus près.

Mais parmi nos 5 sens, le sens du toucher reste difficile à reproduire. Vous connaissez certainement ces gants ou outils à retour de force qui vous permettent de simuler la prise d'un objet dans un monde virtuel ou de piloter une main articielle.

Mais le toucher reste encore relativement approximatif, nous étions incapable par exemple de créér un système pouvant différencier le contact avec une surface rugueuse ou douce.

Or la revue Nature a publié les avancées de prometteuses recherches menées à Berkeley et Stanford, par deux équipes ayant une approche différente du problème. Mais toutes deux utilisent la nanotechnologie pour atteindre leur but.

En fusionnant une matrice de nano-fils avec un support souple, les chercheurs espèrent livrer prochainement un materiau qui sera aussi sensible que la pression exercée pour tenir délicatement un objet. L'autre équipe a intégré une matrice de minuscules transistors.

88345479.jpgtransparentDe plus, et c'est ce qui est le plus intéressant, c'est que les coûts de production seront faible car cette technologie utilise des moyens techniques déjà maîtrisés.

L'ère du cyborg a déjà commencé. Comment ne pas imaginer très prochainement des prothèses humaines qui enverront un signal identique à celui de notre toucher (et pourquoi pas amélioré par la suite), à l'instar du bras que porte le personnage joué par Will Smith dans I, Robot...

 

Liens :

Article de référence scientifique publié sur le site de Nature Materials - lire

Publication sur le site de l'Université de Berkeley (en anglais- pdf) - lire

Site de Bao Zhenan (Université de Stanford) - lire

Partager cet article

Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 02:13

http://idata.over-blog.com/3/22/52/23/nanomateriaux/epdms.jpgtransparentTerreur des croisés qui affrontaient les musulmans, l'épée de Damas, dotée d'une lame exceptionellemennt tranchante, à la fois très dure et souple,a finalement révélé ses secrets : les forgerons iraniens qui les fabriquaient dès le VIIIe siècle à partir de blocs d'acier (appelés wootz) venus d'inde, maniaient déjà sans le savoir les nanotubes de carbone.

Le secret de leur fabrication fut perdu au XVIIIe siècle et aucun forgeron occidental ne sut reproduire le procédé de fabrication.
Les premiers exemplaires connus datent du VIIIe siècle.
Une équipe de chercheurs allemands menés par Peter Paufler (Université de Dresde) ont mis en évidence la présence de nanofilins de cémentite et de nanotubes de carbone. Bien entendu, connaissant désormais ces particularités, Peter Paufler envisage de se rapprocher de forgerons afin de recréer le procédé original oublié (du reverse engineering... sur une technologie du moyen-âge !).

 

Liens

Publication sur le site de l'université de Dresde
(en allemand)
(en anglais)

Publication sur le site du magazine Nature
(en anglais)

Partager cet article

Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 12:19
filtre.gifFaire des économies sur tous les postes ainsi que préserver notre environnement nous pousse à chercher de nouvelles solutions, et ce dans tous les domaines industriels.
En ce qui concerne la ventilation (et nous savons tous combien la ventilation des immeubles est importante puisque c'est souvent par là que le héros du film va s'échapper), leur coût énergétique annuel devrait pouvoir prochainement s'alléger de près de 20%.

Grâce aux nouveaux filtres de l'entreprise suédoise Filton, l'air sera en effet filtré et ce jusqu'à l'échelle des virus sans faire obstacle au passage de l'air : il faudra donc moins de puissance pour envoyer l'air dans les conduites puisqu'il ne sera presque plus freiné par les filtres.

De plus, les filtres composés de nano filaments peu coûteux à produire (dont il ne faut qu'un gramme pour tisser un mètre carré) pourront trouver des applications dans tous les domaines : aspirateurs, transports, industrie...

Nous devrions trouver les premiers filtres sur le marché dès 2011.

Liens
Site de l'entreprise Filton (Suède) (voir site)

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 06:18
Parmi les nombreuses expériences scientifiques qui seront effectuées par l'équipage de la navette Atlantis (lancée lundi 16 novembre), l'une d'entre elles consistera à placer des matériaux nano technologiques conçus par l'Institut Polytechnique de Rensselaer (USA) à bord de l'ISS (la station spatiale internationale). Ces derniers seront directement exposés au vide spatial:  UV, des températures de -40 à 60°C, etc...
L'un de ces matériaux est un composé de nanoparticules d'alumine et de teflon: son étude devrait aboutir à la mise au point de nouveaux revêtements basse friction.

Nul doute que les nano technologies vont jouer un rôle déterminant dans la conception des futurs engins spatiaux, notamment ceux qui emmeneront des hommes sur Mars (un voyage de 6 mois tout de même dans l'espace). La Nasa a même imaginé utiliser un béton nano technologique qui utiliserait la poussière lunaire et des nanotubes de carbone.

Liens:
Rensselaer Polytechnic Institute (en anglais) (voir site)
Nasa (page consacrée au béton lunaire) (voir site)

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 13:28

Université de Pittsburgh (Pennsylvanie, USA) : une équipe de chercheurs s’est concentrée sur la capacité des revêtements nano hydrophobes (le fameux effet « feuille de Lotus ») à empêcher la glace de s’accrocher sur les surfaces traitées par un tel revêtement. En déterminant la taille adéquate des nano particules, les chercheurs ont mis au point un revêtement qui empêche efficacement la glace d’adhérer au support traité. En conclusion de leur publication scientifique, l’équipe précise que la taille des particules nanométriques qui permettent d’empêcher la glace d’adhérer est bien différente de celles qui permettent à un support de devenir hydrophobe.

Il arrive que dans certaines conditions météorologiques, l’eau de pluie soit en état de surfusion (supercooling) : elle est en dessous de 0°C mais reste à l’état liquide et devient solide dès qu’elle rencontre un obstacle : ainsi, on envisage de traiter les câbles (qui cèdent sous le poids de la glace accumulée) ou encore la carlingue des avions (pour éviter la formation de givre).


A propos de l’expérience en vidéo :
Sur la vidéo, vous pouvez voir deux plaques d’aluminium, celle de gauche ayant été au préalable préparée avec le revêtement hydrophobe. Elle ont été stockées pendant 3h à -20°C.

L’eau pure versée était en état de surfusion (elle est restée à l’état liquide alors qu’elle était aussi stockée à -20°C pendant 3h) ; elle se solidifie au contact d’un objet (ici les plaques).
Sur la plaque de gauche, la glace s’accumule au pied de la plaque mais n’y adhère pas. Impressionnant.

 

Liens:

Page wikipédia sur la surfusion (voir site)
Actualités de l’Université de Pittsburgh (voir site)

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 10:27

Allons nous bientôt voir des pelleteuses éventrer le sol d'anciennes décharges afin d'y extirper les nombreux déchets plastiques qui se sont amoncelés depuis des décennies ?
Une équipe de chercheurs, il y a quelques mois, a réussi à transformer des déchets plastiques en hydrocarbures grâce aux micro-ondes. Et plus récemment deux équipes chinoises, l’une menée par Yitai Qian de l'Université de Shandong et l’autre par le professeur Shen à l’Université de Nanjing ont réussi à mettre en œuvre des procédés qui permettent de transformer le plastique et le polystyrène en matériaux nano technologiques. L’un des ces matériaux a même des propriétés absorbantes hors du commun.  De plus, l’un des ces procédés est peu gourmand en énergie.

Serait-ce bientôt la fin de tous ces sacs plastiques et autres bouteilles qui polluent l’environnement ? Devant la multiplication des résultats probants, on peut l’espérer !

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 14:17

Quel phénomène se cache derrière les superbes couleurs d’un papillon, ou encore celles d’une opale ? Le secret fut longtemps gardé par la nature. Découvert et analysé empiriquement par une succession de brillants scientifiques depuis près d’une centaine d’années, ce n’est qu’aujourd’hui, et grâce à la maîtrise grandissante des nanotechnologies que nous pouvons désormais recréer et même optimiser ce phénomène dû aux cristaux photoniques.

Des éléments microscopiques, avec un agencement particulier, permettent de réfléchir la lumière mais en occultant une partie du spectre réfléchi : à nos yeux, une couleur apparaît, vive et brillante. En maîtrisant ce phénomène de diffraction de la lumière par une structure à l’échelle du nanomètre, de nombreuses applications vont rapidement voir le jour.

Une société canadienne, Opalux combine ces cristaux photoniques avec des polymères pour créer de nouvelles applications qui pourront être produites à faible coût avec des matériaux non polluants. Les propriétés de leurs découvertes sont étonnantes.

Des couleurs différentes apparaissent si l’on modifie l’agencement des cristaux photoniques par pression, torsion, variation de la température ou encore par impulsion électrique : envie de changer la couleur de votre voiture ? vous presserez sur un bouton. 

L’emballage de produits surgelés changera de couleur si la chaîne du froid a été interrompue (vidéo 1).

 

Avec une faible impulsion électrique on peut faire apparaître un message (vidéo2).

Imaginez un panneau publicitaire aux couleurs vives qui ne s’altère pas et qui pourrait même dans un futur proche afficher des messages différents. Un film posé sur une fenêtre  pourrait permettre de contrôler la quantité de chaleur qui pénètrerait à l’intérieur d'un local. Les applications sont innombrables et notre imagination ne nous laisse entrevoir encore que les plus évidentes… attendez-vous à être surpris !

Partager cet article

Repost0