Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Planète Nano - Bienvenue dans un monde Nano, un ''NanoWorld''
  • : Planète Nano - l'actualité en français des nanotechnologies
  • Contact

Recherche

Texte Libre

 


Je ne veux pas croire.
Je veux savoir !

Carl Sagan
Exobiologiste (1934 - 1996)



 

 

Archives

14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 09:33
Une unité de filtration nano pour dépolluer une portion de rivière au Vietnam

La rivière Tô Lịch
D'une longueur de 14km et traversant six quartiers importants de la ville de Hanoi, la rivière est malheureusement réputée pour ses odeurs pestilentielles et sa pollution alarmante. Cette triste situation pourrait bien changer car un essai est actuellement conduit par une équipe japonaise pour traiter les eaux grâce à une unité de filtration nano technologique.

Sponsor Japonais
Une équipe japonaise conduite par le Dr Tadashi Yamamura - expert de l'ONU chargé de l'environnement et président de l’Organisation de Promotion du Commerce et de l’Environnement du Japon (JETRO) a mis en place un "Nano BioReactor" au fond de la rivière Tô Lịch pour tester sa capacité de dépollution.
Après deux années d'études préalables sur la viabilité du projet, les scientifiques japonais viennent de passer à l'expérimentation in situ du dispositif de dépollution.

Nano Bioreactor
Placée au fond d'une section particulièrement polluée de la rivière vietnamienne, cette unité permet de stimuler l'activité des micro organismes ce qui permet d'augmenter le taux d'oxygène dans l'eau et ensuite de mieux décomposer les boues stagnantes déposées au fond de la rivière. Il y a un système de nano pompes qui recueillent l'air au fond de la rivière ce qui permet d'alimenter des micro organismes qui se sont fixés sur des panneaux fabriqués à l'aide de roches volcaniques poreuses que l'on trouve au Japon : ce sont eux qui font office de bioréacteur.
Le dispositif permet donc une double action : éviter grâce aux nano pompes que les boues se fixent au fond de la rivière (ce sont elles qui génèrent principalement les mauvaises odeurs) et utiliser des acteurs biologiques (ici des micro organismes) pour aider à réoxygéner l'eau. Une eau qui contient davantage d'oxygène peut enfin être repeuplée par les poissons et autres animaux aquatiques.


Le dispositif est économe en énergie et n'a pas besoin d'être alimenté en permanence (seulement 6 heures par jour environ).

Des effets immédiats
Les habitants sont unanimes : peu de temps après la mise en place du dispositif, les odeurs ont quasiment disparu et l'eau s'est éclaircie. Bien que cette solution ne soit pas envisagée pour du long terme, on peut espérer qu'avoir pendant un moment retrouvé des eaux presque saines incitera au moins à réduire drastiquement les rejets polluants dans les rivières.

Reportage sur la mise en place du dispositif japonais (en vietnamien)

 

Liens :

Site officiel de la JETRO ( Japan External Trade Organization ) (en anglais - ici)
Article du site Géo Confluences décrivant la pollution de la rivière (en français) ( ici )
Thèse sur la rivière Tô Lịch et sa pollution avant le traitement (en français) ( ici )

Partager cet article

Repost0

commentaires